dubois-clement-scenographe-decors-theatre-DesMursHautsComeDesOgres-crea1 dubois-clement-scenographe-decors-theatre-cie-theatre-du-pelican-murs-hauts-comme-des-ogres-jean-claude-gal-jonchiere-cedric-cours-des-3-coquins dubois-clement-scenographe-decors-theatre-cie-theatre-du-pelican-murs-hauts-comme-des-ogres-jean-claude-gal-jonchiere-cedric-cours-des-3-coquins dubois-clement-scenographe-decors-theatre-cie-theatre-du-pelican-murs-hauts-comme-des-ogres-jean-claude-gal-jonchiere-cedric-cours-des-3-coquins dubois-clement-scenographe-decors-theatre-cie-theatre-du-pelican-murs-hauts-comme-des-ogres-jean-claude-gal-jonchiere-cedric-cours-des-3-coquins

Des murs hauts comme des ogres – Jean-Claude Gal et Cédric Jonchière / Théâtre du Pelican

  • . Spectacle vivant
  • 15 Mar 2012
  • théâtre du pélican

Des murs hauts comme des ogres

La pièce :

A la fermeture de l’école, des adolescents rentrent chez eux. Un mur leur fait face. Il barre le chemin de leur enfance.  Un combat commence. Quelle arme choisir face à la violence du réel et à l’enfermement ? La pierre, le mot ? Et, au bout, pour quelle liberté ?

Avec cette nouvelle création, le Théâtre du Pélican poursuit son travail en proposant à des groupes d’adolescents et jeunes gens de prendre possession du plateau.
Après des ateliers de sensibilisation de pratique théâtrale qui ont mobilisé, sur le territoire auvergnat, plus de 160 jeunes de 11 à 22 ans, une trentaine d’entre eux montent sur les planches.
Le théâtre devient alors le miroir des murs ; les mots, le miroir des pierres ; les corps, les remparts pour la liberté : un « combat dramatique » pour un engagement citoyen, la première pierre d’une identité.

La scénographie :

A la première lecture du texte , encore appelé à ce moment là “pierre, feuille, ciseaux, Palestine”, la réplique “Des murs haut comme des ogres” a tout de suite résonné. Elle deviendra plus tard le titre du spectacle. Un ogre, un monstre, une montagne de métal, froide, inerte et agressive. Une personnification du mur qui barre la route de ces adolescents.  Ce monstre se découpe en plusieurs modules pour envisager la scénographie comme un partenaire de jeu. Le dispositif scénique englobe le spectateur a 360° avec des grilles en acier installés sur les passerelles du théâtre. Le public est enfermé, Les enfants jouent de la percussion sur les barreaux de leur prison. Le monstre se transforme, s’ouvre, un horizon se dégage avec cette toile peinte, un ciel. Mais une une paroi de verre, barrière invisible continue de les encercler. Le monde les regarde, un street artiste jette des seaux de peinture pour révéler ce nouveau mur. Geste coloré pour interpeler le public.

Texte : Stéphane Drozd

Mise en scène : Jean-Claude Gal et Cédric Jonchière

Scénographie : Clément Dubois

Lumières : Hervé Georgeon

Musiques : Jean-Louis Bettarel

Costumes : Patricia Vernada

Photos : Régis Nardoux

Plus de détails de la création sur facebook : www.facebook.com/clementduboisscenographe

Vidéo des répétitions : Culturebox

Aller vers : PORTFOLIO / MON PARCOURS / MON APPROCHE DE LA SCENOGRAPHIE / CONTACT